Regarder Mélenchon avec les lunettes de M. Le Sauvage

BLOG

Se mettre dans la peau de M. Le Sauvage[1], c'est adopter le point de vue naïf d'un observateur qui serait totalement étranger à notre civilisation et en ignorerait forcément tous les codes. On n'imagine pas à quel point nous sommes conditionnés, et parfois enfermés dans des pièges dialectiques mortifères par la simple adhésion à des idées reçues dont personne ne penserait plus à vérifier le bien-fondé. Ainsi sommes-nous souvent décontenancés par les questions posées par nos enfants, à un âge où ils n'ont pas encore été formatés par ces codes.

Ce sont deux drôles d'animaux bien bêtes que l'homme et le lapin une fois qu'ils sont pris par les oreilles. (Mirabeau)

Le présent article résulte donc d'une simple question, question qu'un enfant de 5 ans aurait pu poser; et c'est également une tentative d'y apporter une réponse, quitte à ce qu'elle soit dérangeante. J'ajoute que s'agissant de personnages politiques, il vaut mieux s'en tenir aux faits qu'aux grandes déclarations des intéressés quant à leurs idéaux ou à leur probité.

Tout est parti d'un article du Point - Mélenchon juge que Macron «  a le point pour l'instant  »

Emmanuel Macron a réussi à mettre en place ses réformes libérales et «  a le point pour l'instant  » , a dit dimanche le chef de file de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon sur France info.

Dans lequel on comprend que la résignation serait acceptable, serait une ligne politique, un moyen d'action, que dis-je, un moyen de ne surtout pas bouger. C'est juste révoltant, quand on y songe, et de fil en aiguille, je me suis surpris à poser la question qui tue, celle que tout militant devrait se poser à son tour, à charge pour lui de tenter de trouver une réponse qui le satisfasse, ce que je ne suis pas parvenu à faire.

Révolution ou anesthésie des forces vives ?

Au premier tour de l'élection présidentielle, ce sont 7 millions d'électeurs qui se sont exprimés en faveur de Jean-Luc Mélenchon. On peut raisonnablement penser que parmi eux, on ne sera pas en peine de trouver au moins 2 millions de militants/sympathisants actifs. Deux millions de personnes déterminées dans un pays comme la France, c'est plus qu'il n'en faut pour représenter une opposition de fait, capable de changer la donne, voire de renverser un gouvernement, et imposer un infléchissement significatif de la politique en faveur d'une société plus juste.

La question étant alors de savoir pourquoi l'intéressé ne fait rien, strictement rien, de ce pouvoir formidable de mobilisation ?

Eh oui, JLM sait mieux que tout autre qu'il participe à un jeu dont les règles ont été écrites par le pouvoir à son seul usage, et que les dés sont pipés, ne serait-ce qu'en raison de la concentration de tous les médias aux mains de quelques milliardaires qui font la pluie et le beau temps dans l'opinion.

Qui a dit qu'il fallait gagner les élections pour faire la révolution ? Ce serait bien une première, il me semble. Ah il aurait eu une belle tête, le «  Che  »  : on l'aurait probablement retrouvé comme petit médecin de campagne souffreteux quelque part dans l'Altiplano, et quant à Fidel, il serait devenu un petit avocat vivotant sur des affaires de divorces dans la banlieue de Miami. Sacré farceur !

Pour le dire autrement, on nous fait prendre des vessies pour des lanternes, et l'élection pour une fin en soi quand ce n'est qu'un moyen politique[2]. Et c'est le premier devoir d'un authentique leader révolutionnaire que d'adopter tout moyen propre à servir la cause. Je ne parle pas ici de révolution façon cubaine, ou façon 1789, mais tout simplement d'étendre le domaine de la lutte sur tous les terrains où l'on peut marquer des points, de manière très concrète. Manifestations, grèves tournantes, désobéissance civile, le tout pacifiquement, dans l'esprit d'Étienne de La Boétie.

Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres. Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre.

On peut aisément imaginer mille façons de renverser sans coup férir tel gouvernement qui voudrait ramener la France où elle était à l'époque de Zola, dirigée par une petite clique de banquiers à la solde des multinationales, un pouvoir toujours plus répressif, détruisant méticuleusement les conquis sociaux, paupérisant la classe des travailleurs en s'appuyant sur une élite elle-même jetable.

Imaginez un instant que deux millions de Français décideraient de ne plus payer leurs impôts, mais de les centraliser comme trésor de guerre à la façon des syndicats pour aider ceux d'entre eux qui seraient poursuivis par l'État. Oh, les juges feraient bien leur office, sans doute, il y aurait des saisies, et peut-être même quelques peines de prison pour l'exemple... Mais si ces deux millions ne cèdent rien, et s'engagent à aider ceux qui seraient dans des difficultés suite à la répression, que se passerait-il ? Game over, vous avez compris.

Révolutionnaire en carton

Je ne doute pas un seul instant des convictions et de la bonne foi de l'immense majorité des sympathisants/militants de la France Insoumise mais je pense qu'ils sont les victimes encartées d'un manipulateur en carton, qui en imposant l'immobilisme, se place en allié objectif du pouvoir. Une amusette, comme je l'avais déjà écrit à son sujet. Une opposition fantoche placée là pour empêcher l'émergence d'une gauche véritablement révolutionnaire, qui serait, par essence, incontrôlable.

Être révolutionnaire ce n'est pas débouler à l'Assemblée Nationale débraillé et sans cravate, avec un paquet de pâtes et une boîte de cassoulet; ou faire un esclandre sur un chiffon bleu. Ce n'est pas dire «  nous avons échoué  » quand le seul qui ait jamais échoué, c'est lui, et que ceci impliquerait que l'opposition devrait se complaire durant cinq ans dans l'immobilisme total, en attendant pour le Lider une énième occasion de se prendre un rateau à la présidentielle.

Je n'ai que peu de respect pour les dirigeants de droite, et aucun pour leurs idées, mais j'en ai moins encore pour les gens qui se disent de gauche tout en faisant le jeu de la droite. Il s'agit là d'une caractéristique qu'on retrouve presque systématiquement chez les trotskystes.

Notes

  • [1] Est un clin d'oeil au personnage d'Aldous Huxley dans Le Meilleur des Mondes, une dystopie écrite en 1931.
  • [2]Notez que si le moyen de l'élection ne sert que les ambitions d'un homme, la cause, qui est la fin en soi, vise l'intérêt général. Confondre les deux est un puissant révélateur.

Comments

Oui, vous n'avez pas totalement tort. Mais, à part la FI, que proposez-vous ? Au moins, il parle haut et fort quant Laurent compte ses partisans.Et je ne parle pas du PS qui n'a plus rien à voir avec "la gauche".

Dans un premier temps je me contente de noter que JLM comme Marinette sont des acteurs du spectacle politique que le système organise pour nous.

Ensuite, je constate que la gauche s'est suicidée, plus ou moins, depuis 1983 en France (et pas mal en Europe, en fait).

Mais les idées de gauche, elles, vivront toujours, et les exploités seront toujours infiniment plus nombreux que les exploiteurs.

Rien n'est donc perdu.  Il faut remplacer le consumérisme et l'individualisme forcené par la juste solidarité entre les travailleurs (et les moins nantis).

Mais ce n'est pas gagné dans un monde ou l'ensemble du paysage médiatique est aux mains de quelques milliardaires...

Bonjour Philippe (cela fait un bail ^^),

Pour ma part, ce que démontre la France Insoumise c'est une aspiration au changment, à une meilleure société, plus égalitaire et transparente. Je pense que cette aspiration est vraie et sincère.

Monsieur Mélenchon, comme d'autres, l'a bien compris et exploite cette aspiration avec brio. Il me donne l'impression d'une sorte de chien de berger qui mène et encadre efficacement ses militants. Sont succès est essentiellement du à deux choses (parmis d'autres) selon moi: sont talent d'orateur d'une part, et son accès aux médias d'autre part, même si ces derniers lui mènent parfois la vie dure...

Pour moi, l'émergence de la France Insoumise joue un double rôle: "Diluer" les voix à gauche et décrédibiliser le discours eurocritique qui émerge de-ci de-là. les "affaires" qui ont touchés des personalités insoumises sont là pour décrédibiliser ce mouvement et, par extension, toute personne sympathisant à leur cause.

La révolution:

Je suis d'accord avec l'idée que la révolution ne passe pas forcément par quelque chose de violent, douloureux ou coercitif. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que le camp d'en face, lui, est cruel et violent à sa façon. Une coupure d'électricité par grand froid fera sans doute autant d'effet, voir plus, qu'une frappe de drône par exemple.

Aujourd'hui, je pense qu'il manque une vraie réflexion sur ce que pourrait être une révolution moderne. avec les outils dont nous disposons. Ce qui se passe au Venezuela pourrait être un exemple où une société tente d'émerger en dehors des standards habituels.

Salut Bertrand, oui ça fait longtemps !

Le propre de La Boétie tel qu'appliqué par Gandhi, c'est la non violence.  Si cela est respecté, le camp d'en-face peut être aussi féroce qu'il veut, il a perdu.

Les Anglais étaient tout prêts à en découdre, ils ont d'ailleurs tiré sur des manifestants sans défense, en pure perte, ils n'ont fait que s'afficher comme des monstres.

Et sont rentrés la queue entre les jambes.

Les assertions et opinions exprimées dans les pages du Vilain Petit Canard par des contributeurs, ou dans le cadre d'une reproduction restent propriété exclusive de leurs auteurs respectifs réputés en assumer l'exactitude et la responsabilité qui ne peut être imputable à la rédaction du Vilain Petit Canard. Ces articles sont signalés par une mention spécifique du nom de l'auteur ou son pseudo s'il a souhaité garder l'anonymat, et mentionnent un lien vers l'article original.

Newsletter hebdomadaire

Ils l'ont dit [+]

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l'orage.
Jean Jaurès
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre.
Benjamin Franklin
Le fascisme, c’est le mépris. Inversement, toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme
Albert Camus

Sélection d'Actu