Venezuela : du coup d’État planétaire à un monde sans murs médiatiques

AILLEURS

Credit Photo - Paris Match

Cette photo de Paris-Match résume ce que la plupart des citoyens savent du Venezuela. Une croyance entretenue jour après jour par la nouvelle église que sont les transnationales de l’information. Le vieux rêve industriel est devenu réalité : que la population du monde pense la même chose au moment voulu. Or…

  • Ces 80 jours ne sont pas de simples manifestations contre le gouvernement Maduro. Ce sont 80 jours de manifestations d’une droite dont le secteur pacifique en perte de vitesse se fait déborder quotidiennement par une insurrection entraînée, financée et armée par qui rêve de reprendre le contrôle politique d’un continent – et pas seulement des réserves pétrolières du pays. Localement, l’objectif est de stopper la campagne pour élire une Assemblée Constituante et de réunir les conditions d’un coup d’État.
  • Fait significatif : cette insurrection se déploie a partir des quartiers riches où a été prise la photo, des municipalité de droite et de la frontière avec la Colombie en étroite alliance avec le paramimitarisme d’Alvaro Uribe.
  • La majorité de la population vénézuélienne, ces 95 % de citoyen(ne)s qui habitent les quartiers populaires, n’y participe pas, et rejette la violence.
  • La majorité des victimes ne sont pas des victimes du gouvernement comme le disent les grands médias mais les victimes de ces « manifestants pacifiques » que votre télévision ou votre radio ou votre journal, transforment en « population du Venezuela ».
  • Les membres de forces de l’ordre qui ont désobéi aux ordres de ne pas user d’armes a feu et sont responsables de blessures ou d’assassinats ont été aussitôt arrêtés et jugés.
  • Trois scrutins nationaux sont prévus d’ici 2018, sans assurance de victoire pour le chavisme qui a d’ailleurs perdu les législatives de décembre 2015. Dans ce pays qui a mis en place une démocratie participative (invisibilisée systématiquement depuis 18 ans), la majorité des médias écrits, radio, web et télévisés s’opposent au gouvernement bolivarien. Selon l’observateur d’élections Jimmy Carter, le Venezuela possède le meilleur système électoral du monde.
  • Conclusion : le fait que l’opinion occidentale dénonçait Pinochet en 1973 mais soutienne aujourd’hui ses fils au Venezuela confirme que nous sommes gouvernés par les grands médias. Ce pouvoir écrasant fait qu’il est très difficile pour la gauche éloignée de l’Amérique Latine de prendre parti. La voici contrainte de se taire pour protéger sa réputation et de justifier son « ni-ni » par les erreurs de gestion ou les cas de corruption des bolivariens (manifestes mais dont la solution dépend des vénézuéliens). Elle rejoint ainsi passivement l’étau international. Maurice Lemoine : « On a connu le même phénomène de « lâcheté collective » d’intellectuels de gauche auto-proclamés, à la fin des années 1980, lorsque les contre-révolutionnaires (« la contra »), l’administration Reagan et les difficultés accablaient le Nicaragua« . La solution passe par démocratiser en profondeur la propriété des médias tout en créant de nouveaux paradigmes éloignés de l’information-marchandise, à travers des médias non commerciaux, alimentés directement par les mouvements sociaux et reliant les pays du Sud en particulier. C’est ce que proposait le rapport de Sean Mac Bride « Un seul monde, des voix multiples » réalisé pour l’UNESCO en … 1980 : http://unesdoc.unesco.org/images/0004/000400/040066fb.pdf

Pour l’heure voici les images invisibles sur la « planète Paris-Match » : à commencer par l’assemblée qui réunit ce 21 juin 2017 en Bolivie 2500 délégué(e)s de mouvements sociaux venus de 45 pays pour réclamer « Un monde sans murs ». Accompagné de l’ex-ministre espagnol Rodriguez Zapatero – médiateur du dialogue national au Venezuela, d’Ernesto Samper, ex-président colombien et secrétaire général de l’UNASUR (lui aussi médiateur) ou de Rafael Correa, ex-président de l’Équateur, le président Evo Morales a lancé un fort message de soutien des forces démocratiques au gouvernement du Venezuela : « Ce qui se passe au Venezuela est un coup d’État. Sois fort, Nicolas, contre les putschistes, le peuple latino-américain est avec toi ».

« Violence ? Quelle violence ? Dans le centre populaire de Caracas, les badauds déambulent, qui dégustant une glace, qui promenant les enfants. Plus à l’ouest encore, royaume des petites motos de ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une auto – sociologiquement plutôt « chavistes » –, la capitale vénézuélienne palpite et, comme dans plus de 90 % des agglomérations et des territoires du pays, chacun y vaque tranquillement à ses occupations. » Voir de Maurice Lemoine, la fable des manifestants pacifiques, http://www.medelu.org/Au-Venezuela-la-fable-des

Marche bolivarienne du 19 juin dans les rues de Caracas pour rejeter une enième réunion de l’OEA – organisme basé à Washington et relais historique des visées états-uniennes en Amérique Latine. Cette réunion a finalement échoué à émettre une résolution contre le Venezuela, les pays des Caraïbes notamment ayant apporté leur soutien au gouvernement de Nicolas Maduro.

Congrès de la jeunesse à Caracas, le 20 juin 2017. Nicolas Maduro y a annoncé l’embauche de plusieurs dizaines de milliers de jeunes pour fortifier les missions sociales de lutte contre la pauvreté et de défense de l’environnement.

Thierry Deronne, Venezuela, 21 juin 2017.

Article original sur Venezuela Info

Tags: 

Comments

Vous devez être partie de la gauche caviar, celle qui voit les mouvements sociaux des autres comme un avancement mais qui nage dans les gloires de l'argent.
Il y a long temps que le Vénézuela n'est plus une véritable démocratie, Maduro a appelé à faire une constituante en donnant le dos au peuple, il n'a même pas organisé un referendum (comme demande la Loi) pour savoir si c'est ça ce qu'ils veulent. Plusieurs secteurs du chavisme ne veulent pas de cette constituent. Des élections régionales qui devaient avoir lieu il y a plus d'une année n'ont même pas une date de convocation. Maduro évite ses élections parce qu'elles sont perdue d'avance.
Non monsieur, c'est pas que la droite qui manifeste, ni les familles bourgeoise comme les chavistes ou maduristes veulent faire penser. Il y a des gens issues de tout les secteurs, et malheuresement à chaque fois ils sont moins car une fois qu'une manifestation commence à se rassembler, les forces de l'ordre les attaquent. Car il y eu des morts et beaucoup ont peur. Mais justement ceux qui n'ont rien à perdre, parce qu'ils n'ont plus rien, c'est eux qui sortent pour manifester.
La source d'information au Vénézuela est Twitter ou Facebook, les télévision ne transmettent pas les informations des manifestations, ils se plient uniquement aux informations qui viennent du gouvernement, si vous voulez parler des murs médiatiques!
Il faudra sortir des a priori, des messages de gauche classique où la droite méchante les attaque. Le gouvernement de Maduro est un désastre par lui même, il a suffit de lui laisser gouverner pour que ça soit l’hécatombe actuelle, pas besoin des infiltrés de la CIA, des coup d'état, etc... eux même ont fait le travail
Le monde est plus que ces 2 cotés idéologiques, et il faudrait consulter ceux qui souffrent chaque jour pendant que vous montrez une Vénézuela où ne se passe rien selon vous et tout le monde mange à sa faim, tout le monde trouve ses médicaments, etc... la réalité est une autre

Non, pas vraiment, je suis un simple informaticien, qui s'est réveillé un beau jour dans un monde de merde, et qui s'est dit que si moi je ne fais rien, pourquoi les autres devraient bouger ?

Vous écrivez "qu'il y a longtemps que le Venezuela n'est plus démocratique", mais en même temps, Jimmy Carter décrit le système électoral Vénézuélien comme le meilleur du monde.  En même temps, la droite a largement gagné les élections législatives.

Vous avez bien le droit d'avoir votre point de vue, et moi je me permets de relayer l'avis d'amis qui habitent et travaillent au Venezuela, et qui ne décrivent pas du tout, du tout, ce que vous essayez de me faire avaler.  C'est cela, la démocratie, ne vous en déplaise.

80% des médias vénézuéliens sont aux mains de la droite, chère madame, c'est quand même facile à vérifier, cela ?  Il n'existe qu'une seule télé d'État (propagande, donc, assumée), et à côté de ça, une kyrielle de petites télévisions communautaires (locales).

Vous nous dites que le "peuple" ne veut pas d'une constitutante ?  Mais madame, sur quelle planète le peuple pourrait "ne pas vouloir" plus de pouvoir pour les forces de la société civile ?  Vous nous prenez pour quel genre d'idiot ?

Tout d'abord, chère Madame, vous n'êtes pas "el pueblo", vous êtes surtout une immigrée de droite, j'en connais d'autres, y compris des copines qui me vantaient l'ordre et la sécurité du gouvernement sous Pinochet.  Pas méchante, mais on a bien compris.

Je suis bien conscient, comme beaucoup, que Nicolas Maduro n'est pas à la hauteur d'un Chavez, par exemple, il n'a pas vraiment la fibre ou les capacités, mais cela ne fait pas de lui soit un malhonnête soit un dictateur, ça ce sont des conneries.

On a vu ce que ça donnait au Brésil, hein.  On renverse le gouvernement pour y mettre le pire des magouilleurs qui se trouvera bientôt inculpé et peut-être démis pour corruption.

Les vénézuéliens sont mécontents de la politique de Maduro, c'est un fait, mais ce qui est aussi une réalité c'est que les manifestations peinent à mobiliser sauf dans les beaux quartiers d'Altamira et dans la zone frontalière colombienne (allez comprendre...).  L'immense majorité des citoyens est contre les manifestations et surtout, contre la violence.

Les pénuries, largement organisées sont le fait de la droite, Madame, et le prix du baril maintenu artificiellement bas par les Américains plombe l'économie parce que le Venezuela, pour ses exportations (devises) en dépend largement.

Une vraie bonne idée serait que les Américains commencent par foutre la paix à l'Amérique du Sud, parce que depuis une centaine d'années qu'ils y sont, ils n'ont jamais cessé de s'y comporter comme des impérialistes de la pire espèce.

Pour les morts, la droite y compte les forces de l'ordre, les passants tués par des balles perdues (des manifestants) et les victimes de leurs propres assassinats politiques.  Du coup, ça fait du monde.  Si on y ajoutait les morts par cancer et les accidents de la route, on pourrait encore doper un peu les chiffres, ça vous tente ?

Je vais vous répondre point par point parce que votre post le mérite et ne peut pas rester sans réponse :
« …le système électoral Vénézuélien comme le meilleur du monde. En même temps, la droite a largement gagné les élections législatives. »
L’opposition oui a gagné les élections, et ça n’a servi strictement à rien, car le gouvernement a réalisé des manouvres pour éviter que le parlement puisse agir. Nommer des nouveaux magistrats du TSJ avec un séance extraordinaire, installée le 23 décembre, pour s’assurer que le tribunal allait être fidèle au gouvernement. Et c’est le cas, le TSJ est l’instrument qu’utilise Maduro pour faire passer toutes ses manœuvres, pour éviter que le parlement puisse légiférer. Donc gagner les élections n’a servi que pour dire que le Vénézuela est une démocratie parce qu’il y a des élections, après dans la pratique… parlons de ce qui se passe actuellement avec la fiscal de la république... et j'aurai tellement à dire
Elections ? alors si le système est si beau, pour quoi les élections régionales n’ont pas eu lieu ? manque d’argent ? et du va sortir l’argent pour les élections des membres de la constituent.

« Vous avez bien le droit d'avoir votre point de vue… » « vous n'êtes pas "el pueblo", vous êtes surtout une immigrée de droite »
J’ai le droit à avoir mon point de vue mais selon vous pas d’être parti du peuple dont je suis bien parti car je suis vénézuélienne. Mais pas de problème j’ai l’habitude de me faire éjecter de mon propre pays parce que je ne suis pas d’accord avec le chavisme et le madurisme.
Apparemment il faut être de gauche pour être ‘pueblo’ , je vous ai clairement dit que la vie ne se divise pas en 2 idéologies est basta, ça va au-delà, et classer les gens en gentils de gauche et méchants de droite est ridicule. Vous avez déduit que comme je ne suis d’accord avec Maduro je suis de la droite méchante….
« Les vénézuéliens sont mécontents de la politique de Maduro, c'est un fait, mais ce qui est aussi une réalité c'est que les manifestations peinent à mobiliser sauf dans les beaux quartiers d'Altamira et dans la zone frontalière colombienne (allez comprendre...). »
Allez comprendre… pour cela il faut être sur place quand les manifestations veulent partir des quartiers populaires. Le temps que quelques personnes commencent à se rassembler les GN arrivent pour les disperser avec des lacrymogènes, et c’est un fait. Ce quelque chose qui est arrivé plusieurs fois sur l’avenue Victoria dans l’ouest de Caracas. C’est un quartier des riches?? …après parlons des ‘colectivos’ qui fonctionnent comme des mercenaires et qui font très bien son travail de terroriser les gens qui osent être contre le gouvernement. Vous allez aussi nier qu’ils agissent contre la Loi ? qu’ils agissent violement et devant les yeux de la police qui les laisse faire ?
La violence et la répression est très forte, la violence qui grandi dans les manifestations sont la conséquence et pas la cause. Dire qu’il y a eu des morts par balles perdues est de mauvaise foi. Et si on va faire des comptes et on fait comme vous, alors rajoutons les morts par l’insécurité et ça peut aller à l’infini. Insécurité contre laquelle le gouvernement n’a strictement rien fait et l’a laissé devenir un monstre. Si les policiers agissaient contre l’insécurité comme ils le font contre les manifs, le problème n’existerait plus.
Oui ça me tente faire des chiffres

« Je suis bien conscient, comme beaucoup, que Nicolas Maduro n'est pas à la hauteur d'un Chavez, par exemple, il n'a pas vraiment la fibre ou les capacités, mais cela ne fait pas de lui soit un malhonnête soit un dictateur, ça ce sont des conneries. »
Pendant longtemps j’ai refusé d’appeler Maduro un dictateur, par contre, à l’heure actuelle, et après sa façon d’agir contre la Loi avec le seul objectif de rester au pouvoir et anéantir l’opposition je peux dire qu’il est bien un dictateur.
« Les pénuries, largement organisées sont le fait de la droite, Madame, et le prix du baril maintenu artificiellement bas par les Américains plombe l'économie parce que le Venezuela, pour ses exportations (devises) en dépend largement. »
Toujours la faute aux autres, on n’assume jamais sa responsabilité. Et je suis loin de vouloir défendre les américains, je suis loin d’être pro américaine. Mais le Vénézuela a reçu de l’argent comme jamais pendant plusieurs années, quand le pétrole a eu un prix exceptionnel. Chavez était au pouvoir. Il a y eu tellement d’argent qu’on aurait pu suffisamment investir et épargner pour vivre cet époque de bas prix sans soucis. Mais cet argent a été jetée par la fenêtre, et il a servir à financer des soutiens, pour acheter des consciences et des adeptes. Pas de véritables investissements sociaux à long terme, que des dépenses à outrance. Maintenant on paie le gaspillage.
On a eu suffisamment d’argent pour diversifier l’économie, rien n’a été fait, on dépende encore plus du pétrole. L’industrie sidérurgique a été presque détruite. Dans quel état se trouvent les industries nationalisées ? Où sont les industries de tout et n’importe quoi crées par Chavez (couches, médicaments, caffé, lait, thon…) ? Pour quoi importer des aliments pour les sacs d’aliments CLAP distribués par le gouvernement ?
Vous défendez ce qui n’est pas défendable et vous justifiez l’injustifiable.

Bonjour,

Tout d'abord je vous remercie pour vos interventions qui restent courtoises, ce qui me semble être une bonne base pour un dialogue.  Ce qui manque terriblement au Venezuela, mais nous y arrivons.

La situation & son histoire

Les manoeuvres de la droite, propulsée financièrement et politiquement par Washington s'inscrivent dans un cadre, bien plus large de reprise en main de l'Amérique Latine, parce qu'il était clairement insupportable pour les Américains de voir celle-ci dirigée majoritairement par des socialistes.  On a vu ce que ça donne au Brésil...  Vous soutiendriez Temer ?  Sérieusement ?  C'est un escroc, une pourriture sans nom.

Ainsi, cette histoire ne commence pas avec Nicolas Maduro qui est (un peu) arrivé là par la force des choses, nous sommes d'accord je pense ?  Elle commence avec Hugo Chavez, qui lui, était un leader au sens révolutionnaire du terme, on pourrait comparer avec Castro.  Un homme providentiel, et nul mieux que moi ne se rend compte combien les révolutions socialistes restent à la merci du simple défaut, ou de la mort de leur chef providentiel.  Après ça peut rapidement tourner façon URSS, parce que la dictature, si elle finit toujours par user des méthodes de l'extrême droite, peut tout aussi bien commencer à l'extrême gauche.  Mais soyons réaliste, ce n'est pas le cas, et si vous vous permettez d'utiliser des termes comme «dictature», je vous ferais remarquer (et ce n'est pas anodin) que même le Département d'État américain et les médias à la botte ne dépassent jamais le stade de «Président autoritaire», ce qui vous en conviendrez, est bien différent.  Et s'il y avait matière, se seraient-ils privés d'en faire leurs choux gras ?

Donc, on part... du Putsch fomenté par la CIA contre Chavez, qui devenait vraiment trop gênant.  Raté, les responsables sont mis en prison, et après maintes jérémiades... graciés.  Qui retrouve-t-on à la tête des opposants à Maduro ?  Les mêmes.  Moi je les aurais collés au mur, sans état d'âme, j'aime autant vous le dire.

Les élections régionales ne changeraient strictement rien à la tenue du scrutin pour la constituante, vous le savez aussi bien que moi, tout comme vous savez que c'est précisément ceci qui est l'enjeu de cette hystérie en marche, côté opposition de droite.

El pueblo

C'est vous qui avez déclaré être «le peuple», pas moi.  Je vous fais remarquer, moi que dans toutes les civilisations, depuis la nuit des temps, la droite (les notables) représentent moins de 1% de la population et le reste, ce sont les pequeños, les gens de peu (la plèbe).  Et donc décider, toute seule dans votre chemise que vous représentez le peuple du Venezuela, ben, voilà, j'ai comme une légère objection.  Vous aurez noté à cet égard que tous les dirigeants socialistes d'Amérique du Sud ont été démocratiquement élus.  Dès que la droite est au pouvoir, la démocratie sort par la fenêtre et les commandos de la mort sèment la désolation comme les sauterelles en Afrique.  Je ne sais pas quel âge vous avez, mais moi, c'est quelque chose que je n'oublie pas, je suis né en '66.

Anéantir l'opposition

C'est une technique typiquement néocolonialiste que l'inversion accusatoire, Madame.  Et c'est gros comme un camion.  Et je ne suis pas un lapereau de la semaine.  Qui essaie d'anéantir qui ?  Une «opposition» n'est pas un «problème», mais quand cette «opposition» essaie, par la force, y compris le terrorisme (attaque à l'hélico) de tenter de renverser un président démocratiquement élu, cela s'apparente à une tentative de putsch.

L'argent du pétrole

Qui mieux que les Nations-Unies pourrait parler du taux de justice sociale dans l'économie des pays ?  Une formule a été définie, voilà bon temps, qui s'appelle le coefficient de GINI :

Le pays reste parmi les moins inégalitaires de la région, selon le calcul du coefficient de GINI, dans un rapport publié récemment par les Nations Unies.

Vendus à Moscou, sans doute ?  Nieriez-vous qu'au Venezuela, le droit des pauvres, et plus particulièrement des filles à accéder à un enseignement de qualité est très nettement supérieur à ses voisins de droite ?

Qu'on y trouve à l'université, plus de filles que de garçons, alors que les pays d'Amérique Latine sont notoirement machistes ?

Que les soins médicaux y sont de qualité, et que les moyens dégagés par la vente des produits pétroliers ont été consacrés prioritairement au développement, soit pour les populations les plus précaires ?  Enseignement, logement, accès à la terre, soins de santé.

Organiser des pénuries ne change rien à l'affaire, les manifestations peinent à mobiliser pour une raison toute simple : les gens se souviennent.

Et vous pouvez toujours nous parler de l'économie «tellement dépendante» du pétrole, cela n'est vrai que pour les exportations (devises).  Et cela n'est dû qu'à un prix du baril maintenu volontairement en dessous de sa valeur suivant la volonté des USA.  La question étant, qui craquera le premier : le Venezuela, la Russie et l'Iran ?  Ou bien tout le reste, à commencer par les pétromonarchies comme l'Arabie Saoudite qui ne sait même plus comment payer les pensions de ses retraités ?

Vous savez, vos salades sur l'économie vénézuélienne qui serait essentiellement basée sur le pétrole, et, pour le reste, sur la monoculture, ça ne résiste pas beaucoup à l'analyse, pour celui qui se donne la peine de se renseigner :

https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/06/26/huit-mythes-sur-leconomie-venezuelienne/

Conclusion

Je défends l'homme contre l'accaparement, le pire qui soit : néocolonialiste...  et non, ce n'est pas indéfendable, bien au contraire.

Et si j'étais jouette, j'ajouterais que je ne «justifie» pas, je «documente».  La nuance est subtile.

Pour le dire autrement, je suis assez grand pour identifier et nommer une injustice quand j'en vois une, et j'en vois beaucoup en Amérique Latine, ces temps-ci.

Et j'insiste, Madame, vous avez le droit de ne pas être d'accord, et même de l'exprimer, ce que je considère comme naturel y compris sur mon propre média (le contraire serait fort de café).  Il n'en reste pas moins que je suis parfaitement fondé à exprimer mes opinions.

Pour terminer : les gens sont divers, et même tout seuls dans leur chemise, parfois, ce sont de véritables puzzles.  Je vous avais parlé de cette amie, la fiancée d'un ami, émigrée Chilienne.  Bonne famille, bonnes études à l'Université de Santiago, mais arrivée ici, oups, son diplôme n'avait aucune valeur.  Devinez qui lui a préparé gracieusement son dossier d'équivalence auprès de la Communauté Française de Belgique ?  On peut s'estimer, même s'apprécier, cela même quand on a pas les mêmes opinions politiques.  Parce que du dialogue naît une société harmonieuse.

Là où vos «amis» arrivent, tout le monde se barricade, c'est là une différence de taille.

si je réponds n'est pas pour vous faire changer d'opinion, je connais les gens comme vous, même si on vous apporte la preuve devant vos gens vous nierez son existence. Mais je suis enervée de voir que ce qui se croient des gurus autodéfinis progressistes font avec le Venezuela de la propagande absurde alors que les vénézuéliens n'ont pas qualité de vie.

"Les manœuvres de la droite, propulsée financièrement et politiquement par Washington s'inscrivent dans un cadre, bien plus large de reprise en main de l'Amérique Latine, parce qu'il était clairement insupportable pour les Américains de voir celle-ci dirigée majoritairement par des socialistes."

Avec cette histoire on nous tiens depuis de siècles...toujours la faute aux autres, toujours la CIA, toujours la UE quand il a apparu sur le paysage politique. Le plus gros problème en Amérique Latine n'est pas les US, mais la corruption, c'est un monstre qui a fabriqué des milliers des pauvres. Tout ça vient d'un système qui ne punit pas, qui ne surveille pas ce qu'il doit surveiller. Le contrôle de change a aggravé les problèmes de corruption et le pire est qu'on était déjà passé par ça et on l'a fait encore une fois et en pire.

"Putsch fomenté par la CIA contre Chavez, qui devenait vraiment trop gênant. Raté, les responsables sont mis en prison, et après maintes jérémiades... graciés. Qui retrouve-t-on à la tête des opposants à Maduro ? Les mêmes. Moi je les aurais collés au mur, sans état d'âme, j'aime autant vous le dire."

Chavez devait passé au mur alors aussi, il a fait pareil. Vous oubliez ses origines politiques?. Ah j’avais oublié, il est essentiellement bon !
Les manifs sont spontanées quand il viennent de ce que vous définissez comme peuple? alors vous savez pas comment le caracazo a eu lieu sauf que par les livres, car la façon comme ce truc a éclaté montre que c'était planifié aussi. Même si les conditions existaient les émeutes n'ont rien eu de spontané.

"Les élections régionales ne changeraient strictement rien à la tenue du scrutin pour la constituante"

Donc pas besoin de faire des élections qui devaient avoir lieu, ça va rien changer non? C'est quoi cette réponse?. Arrentons les élections dans d’autres pays, ça va rien changer!!
Et ça ne changera rien à la constituent car les bases électorales de celle-ci sont tellement farfelues que le gouvernement et ses acolytes auront sa constituent même dans les régions qui ne le soutiennent pas. Miracles de la géométrie électorale chaviste!

"Dès que la droite est au pouvoir, la démocratie sort par la fenêtre"

La gauche, o gauche populiste dans mon pays a fait une autre chose? il y a long temps que la démocratie est sortie par la fenêtre. le meilleur système électoral ne sert à rien si on ne respecte pas les lois avant, pendant les campagnes, et une fois que les élections ont eu lieu.

"Une «opposition» n'est pas un «problème», mais quand cette «opposition» essaie, par la force, y compris le terrorisme (attaque à l'hélico) de tenter de renverser un président démocratiquement élu, cela s'apparente à une tentative de putsch."
L’Inversion accusatoire est une spécialité chaviste...de cette façon on est arrivé au mot Terrorisme, nouvel mot du vocabulaire chaviste, répété un million de fois à la radio, à la télé, etc. quelqu'un a dû dire au gouvernement qu'il fallait assimiler les manifestants à des fondamentalistes pour qu'ils soient vu de façon très méchante.
Ce qui s'est passé au parlement le 5 Juillet vous le définissez comment? que la police n'a rien fait pour empêcher à des manifestant pro-maduro d'entrer au parlement, vous l'appelez comment? que le président "condamne" la violence des fait mais qu’en même temps disse que l’opposition se trouve toujours dans des situations bizarres, vous l'appelez comment? que le président disse en "cadena nacional" que ce qu'il aura pas avec les votes il l'aura avec les armes, vous l'appelez comment?
« Nieriez-vous qu'au Venezuela, le droit des pauvres, et plus particulièrement des filles à accéder à un enseignement de qualité est très nettement supérieur à ses voisins de droite ? Qu'on y trouve à l'université, plus de filles que de garçons, alors que les pays d'Amérique Latine sont notoirement machistes ? »

Non, mes parents ont fait des études, moi aussi dans une université publique et en excellent état et très bien équipée, pas comme les université publiques en France. Ça n’a rien de nouveau et c’est pas une gloire du chavisme. Avec Chavez par contre plusieurs universités ont eu des coupures de financement. L’université d’où je viens a perdu le financement pour la bibliothèque, les resto U..les diplômés comme moi donne et soutiennent actuellement une partie de ses services.

Mes parents viennent de la pauvreté et ils se sont diplômés de la fac. C’est pas grâce à Chavez. Moi je suis diplômée d’une université essentiellement technique, nous étions énormément de filles, beaucoup plus que ce qu’on trouve en Europe. Machisme ? pas plus qu’en France au moins dans le domaine technique. Je trouve que la France est très machiste, seulement que les pays de l’Amérique latine portent le cliché et la France a l’image de progressiste…la réalité est une autre! Et là j’ai plein d’exemples !

« Que les soins médicaux y sont de qualité, et que les moyens dégagés par la vente des produits pétroliers ont été consacrés prioritairement au développement, soit pour les populations les plus précaires ? »

De qualité ? permettez moi de rire(mode sarcastique on) ma mère a eu un cancer, si elle n’avait pas eu une assurance privée elle ne serait plus parmi nous. Et encore, on a eu des grandes difficultés à trouver les médicaments de la chimio. Je connais des personnes avec moins de chance, vos services de qualité ne leur ont pas donné des soins. Vous êtes allé à un hôpital actuellement ? vous avez vu l’état ?

« vos salades sur l'économie vénézuélienne » Mes salades ?? et vous me sortez un article de quelqu’un qui répète les mêmes termes médiatiques du gouvernement comme argument. Sur cette partie on pourrait aller à l’infini. On est une puissance touristique comme a dit le chavisme qu’on deviendrait ?? quel est notre infrastructure actuelle ? Les nouvelles routes ? la sécurité ? Où est passé notre caffé? notre chocolat??
Ce sont vos arguments qui sont des salades.

Je donne mon opinion, mes arguments, vous les prenez comme vous voulez, Madame.

Toutefois, je note que vous n'apportez aucun élément factuel à l'appui de vos opinions, là où moi je tâche de documenter chaque argumentation développée.

Comme vous le dites si bien, on pourrait en discuter jusqu'à la fin des temps, malheureusement, je n'ai pas ce genre de temps à ma disposition.

Les assertions et opinions exprimées dans les pages du Vilain Petit Canard par des contributeurs, ou dans le cadre d'une reproduction restent propriété exclusive de leurs auteurs respectifs réputés en assumer l'exactitude et la responsabilité qui ne peut être imputable à la rédaction du Vilain Petit Canard. Ces articles sont signalés par une mention spécifique du nom de l'auteur ou son pseudo s'il a souhaité garder l'anonymat, et mentionnent un lien vers l'article original.

Newsletter hebdomadaire

Ils l'ont dit [+]

Ce sont deux drôles d'animaux bien bêtes que l'homme et le lapin une fois qu'ils sont pris par les oreilles
Mirabeau
Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté.
Confucius
Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime, il est complice.
George Orwell

Sélection d'Actu