L’opposition paie des enfants pour les enrôler dans ses violences

AILLEURS

Au Venezuela, la base militante de la droite voit s’éloigner l’objectif promis par ses dirigeants de chasser par la force le président Maduro et commence à se lasser de sacrifier des journées de travail ou de commerce. Ceci explique l’affaiblissement de sa participation aux manifestations – où sa propre violence se retourne parfois contre elle (des militants de droite en ont assassiné d’autres). Pour les leaders de l’opposition le problème est de maintenir les conditions d’une intervention extérieure et d’alimenter les médias internationaux en images de morts. Ils sont donc contraints de maintenir en activité des foyers de violence notamment en faisant donner directement les paramilitaires colombiens, en sous-traitant des pillages par la pègre locale ou en payant des mercenaires de tout âge… C’est ce que vient de révéler la journaliste Madeleine García de Telesur, en diffusant des interviews d’enfants utilisés par la droite pour les manifestations violentes organisées dans les quartiers riches de Caracas.

Madelein Garcia, correspondante de TeleSur au Venezuela. @madeleintlSUR“Des chaussures, des vêtements, de la nourriture, des confiseries, de l’argent ; ils me donnent de tout” raconte un des enfants. “C’est pour les aider”. Le “travail” consiste à “leur passer les munitions : pierres, essence, tout”. Il indique également qu’ils élaborent les boucliers, masques et casques qu’on observe dans les confrontations violentes avec la Police et la Garde Nationale Bolivarienne. Un autre des mineurs d’âge explique qu’ils l’ont payé jusqu’à 50 mille bolivars pour une journée de « travail », en plus de cadeaux en vêtements et en chaussures. “ça me paraît bien et en même temps cela me paraît mal, les gens se tuent et le pays s’enfonce”. Quand on lui pose la question de si ce sont des membres de l’opposition ou du chavisme qui le payent, il répond : l’opposition.

Rubén Darío Molina, vice-ministre des Relations Extérieures du Venezuela a annoncé ce jeudi le dépôt d’une plainte à l’UNICEF, appuyée par de nombreux témoignages verbaux et du matériel vidéo et photo, sur cette utilisation d’enfants – garçons et fillettes – dans des violences, avec toutes les conséquences que cela implique.

Source : http://albaciudad.org

Traduction : Thierry Deronne

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-2Er

Tags: 

Les assertions et opinions exprimées dans les pages du Vilain Petit Canard par des contributeurs, ou dans le cadre d'une reproduction restent propriété exclusive de leurs auteurs respectifs réputés en assumer l'exactitude et la responsabilité qui ne peut être imputable à la rédaction du Vilain Petit Canard. Ces articles sont signalés par une mention spécifique du nom de l'auteur ou son pseudo s'il a souhaité garder l'anonymat, et mentionnent un lien vers l'article original.

Newsletter hebdomadaire

Ils l'ont dit [+]

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours
Mahatma Gandhi
Toute guerre est fondée sur la tromperie
Sun Tzu
Quand une guerre éclate, la première victime c’est toujours la vérité.
Hiram Johnson

Sélection d'Actu