Élections municipales : nouvelle étape pour les bases populaires du chavisme

AILLEURS

Par Ruben Castillo, 13 décembre 2017

2017 avait débuté dans un calme que nous n’avions pas connu depuis longtemps. Nous sortions d’une année plombée par la défaite que nous avait infligée la droite lors des élections législatives du 6 décembre 2015, et nous subissions déjà les assauts d’une guerre économique marquée par la rareté des aliments, la spéculation effrénée et la peur de mourir de faim que tant de prophètes de malheur (de droite comme de gauche) – conjointement aux grands médias privés (internes et externes) – s’étaient chargés de nous faire intérioriser.

Politique réelle : soutien des bases chavistes

Ce calme des deux premiers mois fut un ressourcement, une respiration pour affronter les difficultés accumulées depuis 2016; c’est alors que la situation empira à l’extrême lorsque l’ex-procureure générale Luisa Ortega lança dans un discours, au début d’avril 2017, le mot d’ordre de « la rupture du fil constitutionnel » : le Venezuela entra dans la spirale de la violence. Plus de 120 jours de « guarimbas » (violences de l’extrême droite). Mais c’est là aussi que se situe la genèse politique de notre mouvement qui aboutit à trois victoires électorales successives. Nous avons désarticulé l’antipolitique qu’on a voulu imposer par la violence, en suivant la stratégie politique initiée par Chavez et continuée par Nicolas Maduro.

La mobilisation populaire pour élire l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) s’est chargée de désarticuler toute cette antipolitique violente qui s’est abattue sur nous, et les élections régionales ont laissé l’adversaire sans arguments. L’année aurait pu s’achever sur ces deux victoires, mais le CNE a ouvert un processus électoral de plus : celui des élections municipales de décembre 2017; une fois de plus, la politique nous a permis d’obtenir une victoire, plus grande même, grâce aux secteurs populaires qui appuient ce processus, démontrant une fois de plus que ce gouvernement bénéficie d’un solide soutien, malgré la guerre économique que nous vivons.

Arrêtons-nous un moment sur le contexte de ces trois victoires, et surtout sur la dernière qui fait apparaître des résultats que nous n’avions pas obtenus en 2008 avec Hugo Chavez à la tête de l’Etat, et alors qu’à cette époque nous jouissions d’un climat d’apparentes tranquillité et stabilité.

A mon avis, il existe deux raisons à ce triomphe :

  • Les bases et la politique réelle. Le fait politique, telle une habitude inscrite dans notre corps, est plus vivant que jamais dans les différentes formes d’organisation, qu’elle s’appelle UBCH (équipes politiques de mobilisation du chavisme), Conseils Communaux ou CLAP (Comités Locaux d’Approvisionnement et de Production). Ceux-ci plus que les autres ont conduit les bases à une discussion réelle, de fond, sur le fait politique pour construire un pays différent à celui que nous connaissons.
  • Les outils de cette politique au milieu des attaques. Nicolas Maduro a répondu à la question que beaucoup se sont posée le 8 décembre 2012 : pourquoi lui à la présidence de la république et pas quelqu’un d’autre ? Habilement et sans se laisser prendre au jeu de l’ennemi, il a créé une série de conditions pour maintenir le fait politique dans les quartiers pauvres, dans les maisons, au travail, dans les quartiers plus résidentiels, etc…et, ce qui est encore plus intéressant, il a créé des instrument sociaux pour esquiver les attaques de l’ennemi, tels que le Carnet de la Patrie, le mouvement Nous sommes Venezuela, le plan Travail Jeune, le Congrès de la Patrie, entre autres.

Les résultats obtenus, bien que très favorables, ont également montré que les processus électoraux qui ont précédé ce scrutin-ci, ont créé les conditions favorables à une atomisation de la droite. Le coup de maître de l’Assemblée Nationale Constituante et la convocation qui a suivi aux élections régionales a démobilisé brutalement une masse d’opposants autosuggestionnée, pendant quatre mois de violences et d’étau économique et médiatique international, sur la chute imminente du gouvernement bolivarien.

Dans l’agenda des partis de droite, le politique arrive en dernier. Et c’est là que la direction chaviste a sorti tout son jeu pour les désarticuler. A preuve, la forte abstention que l’on a connue dans le camp de l’opposition. Même avec 49 % d’abstention, de nombreux pays du continent et du monde voudraient bien un taux d’abstention équivalent à celui de nos élections municipales.

Les élections municipales de 2017, en terme d’analyse statistique, reflètent un élément de comparaison intéressant. Notons que chaque élection a été réalisée dans un contexte différent (2008 : prospérité pétrolière ; 2013 : décès de Chavez et début de l’attaque économique ; 2017 : guerre économique, sanctions internationales, blocus financier et manifestations violentes). Pour éviter l’euphorie du triomphalisme, il est important de reconnaître que le succès de ces élections et leurs résultats chiffrés répondent à un projet politique et à un plan exécuté par une équipe qui a Nicolas Maduro à sa tête, un plan qui, avant le processus de la Constituante, n’avait pas d’objectif clairement défini. En cinq mois, il a désarticulé l’adversaire et a joué très fortement sur la remoralisation de la base. Les graphiques qui suivent montrent en chiffre ce à quoi nous avons fait référence :

Lexique nécessaire à la lecture du tableau :

Estado : État
Comparativa : comparatif
Total alcadías : total des Mairies
Alcadías perdidas por el PSUV : Mairies perdues par le PSUV
Alcadías ganadas : Mairies gagnées
Pérdida real de alcadías en 2013 : perte réelle de Mairies en 2013

Graphique n°2, comparatif des Mairies 2013-2017

À la lumière de ces données, on ne peut pas nier les espaces récupérés au milieu de la plus grande agression subie par notre pays depuis l’époque de Cipriano Castro ; la transition 2008-2013, favorisée par l’incertitude qui a suivi le décès d’Hugo Chavez et la méfiance quant aux capacités de Nicolas Maduro pour mener la bataille et assumer le leadership populaire, ont influé notoirement sur le recul électoral. Or, neuf ans plus tard, (en comptant à partir de 2008) la courbe s’est inversée de façon magistrale, mettant en évidence deux choses : il améliore les résultats obtenus avec Hugo Chavez à la tête de la révolution, et au passage, en moins de deux mois, il récupère environ 945.000 votes pour la camp chaviste, depuis la dernière bataille – celle des élections régionales de 2017.

Bref, la dynamique électorale et le fait politique constituent la grande combinaison gagnante utilisée cette année par Nicolas Maduro pour éviter la guerre et son instinct de mort. Il se sort avec brio de l’année qui semblait la plus compliquée de toutes. A cela s’ajoute le fait que ces processus électoraux viennent renforcer des éléments stratégiques tels que les tables rondes de négociation en République Dominicaine. Lors de la prochaine session de négociations de janvier 2018, la position renforcée par ces événements électoraux permettra de poser comme condition aux représentants de l’opposition qui devront intercéder auprès de leurs alliés internationaux, l’arrêt du blocus économique et financier auquel ils soumettent le Venezuela depuis une longue période et plus encore l’exigence d’un accord de cohabitation qui permette de réaliser les élections présidentielles dans des conditions pacifiques; il est clair que pour ces élections-là, dans son travail politique actuel, dans sa pratique depuis la base, le chavisme a retrouvé le moral.

Source : Venezuela Infos | Misionverdad

Traduction : Sylvie Carrasco

Les assertions et opinions exprimées dans les pages du Vilain Petit Canard par des contributeurs, ou dans le cadre d'une reproduction restent propriété exclusive de leurs auteurs respectifs réputés en assumer l'exactitude et la responsabilité qui ne peut être imputable à la rédaction du Vilain Petit Canard. Ces articles sont signalés par une mention spécifique du nom de l'auteur ou son pseudo s'il a souhaité garder l'anonymat, et mentionnent un lien vers l'article original.

Newsletter hebdomadaire

Ils l'ont dit [+]

Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés
Mark Twain
Notre plus grande faiblesse réside dans l’abandon; la façon la plus sûre de réussir est d’essayer une autre fois
Thomas Edison
Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n'est pas victime, il est complice.
George Orwell

Sélection d'Actu